Internationales

Assemblée générale de l’ONU : Plusieurs crises mondiales au menu à son ouverture ce mardi

Publié le : 21 sept. 2022 à 12h00 

Dans un monde miné par de nombreuses crises telles : la guerre en Ukraine, la crise climatique, l’insécurité alimentaire et les maladies, les dirigeants de la planète s’apprêtent à présenter leur discours sur la tribune de l’ assemblée générale de l’ONU qui ouvre ce mardi.

L’assemblée générale de l’ONU débute ce mardi 20 septembre et durera près d’une semaine. Environ 150 chefs d’États et de gouvernements de la planète prendront à tour de rôle la parole lors de cette grande-messe diplomatique annuelle qui reprend en présentiel 2 ans après avoir que le COVID 19 l’ait empêché.

Si la tradition exige que le président américain, pays hôte du siège des Nations unies, prononce son discours à l’ouverture de la première journée, cela ne sera pas le cas exceptionnellement cette année. Joe Biden qui s’était rendu aux obsèques de la reine Elizabeth II a repoussé son discours à mercredi.

De son côté le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres sera présent dans le cadre de l’ouverture de cette 77ème assemblée générale pour prononcer son discours mais ne vas pas « éduclorer les choses » a laissé croire son porte-parole, Stéphane Dujarric .

Lundi, Antonio Guterres en exposant conflits et catastrophes climatiques, méfiance et division, pauvreté, inégalité et discrimination » avait souligné que « nous nous réunissions à un moment de grand péril pour le monde ».

Divergences entre les pays sur l’importance de différents conflits mondiaux

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, toujours en conflit avec la Russie fera son intervention en conférence vidéo mercredi sur une autorisation spéciale accordée lors d’un conseil de sécurité spécial au niveau des ministres des Affaires étrangères tenu jeudi.

Mais les pays Sud commencent à s’agacer que les pays se concentrent sur l’Ukraine en négligeant d’autres contrées du monde où règnent des conflits majeurs.

La première ministre de la Barbade, Mia Mottley, avait déclaré dans le cadre d’une journée préliminaire basée sur l’éducation et les objectifs de développement : « Nous ne voulons pas seulement mettre un terme au conflit en Ukraine. Nous voulons que les conflits finissent par fumer au Tigré, nous voulons que les conflits finissent par fumer en Syrie, nous voulons que les conflits finissent par fumer où ils pointent leur nez dans le monde ».

C’est dans ce même contexte que le président français, Emmanuel Macron qui doit être à la tribune mardi va insister sur la « fracture » existante entre pays du Nord et pays du Sud. Ce sont des précisions de l’Élysée qui annoncent que le chef de l’État prévoit un dîner sur ce thème avec plusieurs autres dirigeants.

La crise climatique au milieu des discussions

Les ensembles de conflits mondiaux qui bouleversent le monde sont essentiellement provoqués par les grandes puissances et ont un impact direct sur le changement climatique. Cela constitue l’un des principaux points de divergences Nord-Sud, les pays du Sud étant en première ligne des impacts d’un réchauffement climatique dont ils ne sont pas responsables.

Cela va constituer l’une des thématiques centrales du discours du secrétaire général de l’ONU qui fait de la question climatique l’une de ces priorités. La conférence sur le climat COP27 qui approche donnera certainement une motivation pour les discussions. Les pays pauvres sont toujours dans l’attente que les pays riches tiennent leur engagement d’accompagnement financier longtemps promis sur la question.

Le président brésilien Jair Bolsonaro et le président turc Tayyip Erdogan, le premier ministre japonais Fumio Kishida ainsi que le chancelier allemand Olaf Scholz seront à la tribune mardi.

P ailleurs, les présidents russes Vladimir Poutine et chinois Xi Jinping sont deux parmi les chefs d’État qui se font briller par leurs absences à ce rendez-vous.

Filisner DIEUJUSTE

AreaNews Media 

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button