Corruption

Garry Conille veut lutter contre la corruption, mais est-il sincère ?

Publié : le vendredi 21 juin 2024 à 8h 38 am

Le Premier ministre peut-il vraiment tenir ses promesses ?

Le jeudi 20 juin 2024, le Premier ministre haïtien Garry Conille a convoqué une réunion à la Primature avec les responsables des principaux organes de contrôle de l’administration publique. La Cour supérieure des Comptes, l’UCREF, l’ULCC, le CNMP, le BAF, ainsi que les ministres de la justice et des finances étaient présents. À l’issue de cette rencontre, Garry Conille a annoncé une série de mesures pour assainir les institutions de l’État et lutter contre la corruption et l’impunité.

Depuis son arrivée au pouvoir, Garry Conille a constamment souligné que la lutte contre la corruption est la priorité de son gouvernement. Il promet de tout mettre en œuvre pour mener cette bataille. Mais cette promesse soulève des questions : est-il vraiment prêt à affronter les forces enracinées de la corruption en Haïti ?

Des promesses ambitieuses, mais réalistes ?

Lors de la séance de travail, le Premier ministre a déclaré vouloir attaquer la corruption à la racine, affirmant que celle-ci est profondément ancrée dans les structures étatiques et qu’elle est la principale cause de la mauvaise gouvernance en Haïti. Pourtant, de nombreux sceptiques se demandent si ces déclarations se traduiront réellement en actions concrètes.

Garry Conille a promis de restaurer la confiance de la population en l’État en assurant que toutes les dépenses publiques seront effectuées de manière responsable et bénéfique pour chaque citoyen. Il a annoncé une tolérance zéro contre ceux qui détournent les biens et l’argent de l’État. Cependant, de nombreux observateurs soulignent que des annonces similaires ont été faites par le passé sans résultats tangibles.

Des mesures pour redresser l’administration publique

Le Premier ministre a également mentionné des mesures spécifiques pour réformer l’administration publique. Il a révélé que 30 % du personnel de l’administration publique ne travaille pas réellement, et il s’est engagé à réduire ces dysfonctionnements. De plus, il sera interdit aux administrations de mettre en place des systèmes pour collecter de l’argent illégalement. Une promesse de transparence et d’épuration des payrolls a été faite, ainsi qu’une assainissement de la distribution des cartes de débit.

Une stratégie nationale contre la corruption

Garry Conille envisage de mettre en place une stratégie nationale de lutte contre la corruption. Chaque institution de contrôle recevra une feuille de route détaillée. Une cartographie nationale des risques sera développée pour évaluer l’impact et la vulnérabilité des actions ciblées. Ces mesures, bien que prometteuses sur le papier, seront-elles réellement mises en œuvre ?

Peut-on vraiment y croire ?

En conclusion, bien que Garry Conille affiche une volonté ferme de lutter contre la corruption, la véritable question reste : peut-il vraiment tenir ses promesses dans un pays où la corruption est si profondément enracinée ? Seul le temps dira si ces engagements se transformeront en actions concrètes et efficaces.

#Haïti #Politique #Corruption #Gouvernance #Transparence #Justice #Économie #RéformeÉtatique #AreaNewsMédia

Me. Wadson ALIX

Rédacteur en chef

Areanews Média

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button