Éditorial

Haïti : Quand la Communication Devient une Arme de Destruction

Publié: le lundi 8 juillet 2024 à 10h 06 am

La communication est un outil puissant. Bien utilisée, elle informe, éduque et rapproche les citoyens. Mais mal gérée, elle devient une arme destructrice qui menace la cohésion sociale. En Haïti, depuis toujours et avec le pullulement des médias sociaux, les conséquences d’une mauvaise gestion de la communication sont visibles dans divers domaines, notamment la politique intérieure, la gangstérisation, le système judiciaire, le système éducatif et le secteur privé. Voici comment cela se manifeste et pollue l’opinion publique, en mettant l’accent sur l’aspect politique propagandiste.

La politique haïtienne est souvent marquée par des luttes de pouvoir intenses. Les politiciens utilisent la communication pour manipuler les opinions, diffamer leurs adversaires et détourner l’attention des vrais problèmes. Un exemple frappant est celui des élections de 2015, où des accusations de fraude électorale et des rumeurs infondées ont circulé massivement. Les médias sociaux ont amplifié ces allégations, créant un climat de méfiance et de division parmi la population. Les candidats utilisaient des campagnes de désinformation pour discréditer leurs opposants, contribuant à retarder le processus électoral et à déstabiliser le pays.

En 2021, suite à l’assassinat du président Jovenel Moïse, les communications contradictoires et les accusations sans fondement ont semé le doute et exacerbé les tensions politiques. Les divers acteurs politiques ont propagé des théories du complot et des fausses informations, exacerbant l’instabilité et la confusion dans un moment déjà critique pour la nation.

Les gangs profitent de la mauvaise gestion de la communication pour renforcer leur emprise. Ils utilisent les réseaux sociaux et les médias pour diffuser la peur, recruter des membres et légitimer leurs actions. Depuis la montée vertigineuse des groupes armés, par exemple, le gang 400 Mawozo, 5 Segonn à Village de Dieu et Gran Grif dans l’Artibonite ont utilisé les médias sociaux pour publier des vidéos de violence et de menaces, semant la terreur dans la population et défiant les autorités. Cette stratégie de communication a non seulement exacerbé l’insécurité, mais a également rendu plus difficile l’action des forces de l’ordre.

Dans le système judiciaire, la mauvaise communication et la manipulation des informations empêchent l’accès à une justice équitable. Un exemple marquant est l’affaire de l’assassinat du président Jovenel Moïse en 2021. La communication confuse et contradictoire des autorités sur les enquêtes en cours a semé le doute sur la transparence et l’efficacité du système judiciaire haïtien. Les accusations de corruption et d’entrave à la justice ont encore renforcé la méfiance de la population envers les institutions judiciaires. Les diversions et tractations tuent certaines informations importantes pour l’avancement du dossier avec le cambriolage à répétition du greffe du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince. Flou total.

L’éducation, pilier du développement, souffre également. La propagation de fausses informations et la manipulation des faits éducatifs détériorent la qualité de l’enseignement. Depuis toujours, des informations erronées sur une réforme éducative ont circulé, créant une panique parmi les parents et les étudiants. Les grèves et les protestations qui en ont résulté ont perturbé le calendrier scolaire, affectant négativement l’apprentissage et le développement des élèves. Résultat : un système piégé pour le bien-être national des enfants.

Le secteur privé n’est pas épargné. Les entreprises utilisent parfois des stratégies de communication trompeuses pour masquer leurs pratiques douteuses. Depuis plus de 10 ans, les entreprises de télécommunications ont été sur le banc des accusés par la dissimulation des problèmes de sécurité des données de leurs clients. Cette campagne de désinformation a amplifié les conflits entre l’entreprise et ses clients, créant un climat de méfiance et d’instabilité.

La mauvaise gestion de la communication en Haïti a des conséquences graves et étendues. Elle alimente la désinformation, la violence, la corruption et l’injustice. Pour construire une société plus juste et prospère, il est crucial de promouvoir une communication transparente, honnête et responsable.

#Communication #Haïti #Politique #Gangstérisation #Justice #Éducation #SecteurPrivé #Désinformation #CohésionSociale #AreaNewsMedia

Me. Wadson ALIX

Rédacteur en chef

AreaNews Média

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button